Plan Climat-Air-Energie Territorial

Le climat, l'affaire de tous les acteurs.
Le Plan Climat-Ait-Energie (PCAET) à la Com'com sera prêt fin 2018.
Un nouvel enjeu pour la Com'com avec des acteurs déjà engagés : agriculteurs, entreprises, ...

Le changement climatique nous en entendons parlé mais ce n’est pas de la fiction.
Moins de gelées, des sols plus secs, des plages perdues avec la montée des eaux, …
Le réchauffement climatique est bien déjà là.

Face à cette menace déjà bien visible, il faut agir. C’est l’objectif du PCAET inscrit dans la loi de transition énergétique. Avec un calendrier : il devra être opérationnel le 31 décembre de 2018, dans les intercommunalités de plus de 20 000 habitants qui ont désormais la compétence dans ce domaine. Et des objectifs précis à l’horizon 2030 : une réduction des GES (Gaz à Effet de Serre) de 40 % par rapport à 1990, une baisse de 20 % de la consommation énergétique finale par rapport à 2012 et 32 % d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie.

Un sujet phare donc. C’était d’ailleurs le thème principal de l’université d’été de la Com’com, le 20 mai. « C’est l’affaire de tous les acteurs dans une approche constructive. Regardons ce qu’on peut faire à notre échelle », indiquait Joseph Ménard, vice-président en charge de l’environnement et du développement durable, avant la présentation effectuée par les cabinets Auxilia et Enamo, chargés d’accompagner les élus dans leur réflexion.

L’accent a été mis sur cette « pierre angulaire » porteuse des bénéfices au niveau de l’attractivité et de la cohésion du territoire ainsi que de la valorisation des ressources locales.  Réduction de la facture énergétique, création d’emplois non délocalisables dans le bâtiment, meilleure qualité de l’air, biodiversité, réduction du bruit … : les exemples concrets sont nombreux. Avec un rôle pédagogique décisif pour la Com’com : 15 % des émissions de GES* sont directement issues des décisions prises par les collectivités territoriales. Diagnostic, scénarios, programme d’actions, stratégie : les quatre phases se mettent en place pour une validation du plan d’actions, le 20 juillet 2018.

Agriculture, transports, maisons en bois… : on y est déjà à la Com’com

« Mettons-nous au travail mais je ne suis pas inquiet quand je vois les initiatives locales déjà en place », conclut Joseph Ménard qui présente les quatre intervenants : deux agriculteurs, un transporteur et un constructeur de maisons en bois. « Nous sommes déjà dans l’économie circulaire et nous limitons la production de méthane », indique Christian Mochet, agriculteur à Servon-sur-Vilaine, tandis que Franck Mérel, agriculteur à Châteaugiron, présente une unité de méthanisation installée dans sa ferme pour produire de l’électricité. Le groupe Le Calvez Surgelés de Noyal est la première entreprise bretonne de transport à rouler sous le label Parc Euro 6 « Nous changeons nos tracteurs qui consomment désormais 30 litres aux 100, tous les trois ans », indique le représentant de la société adepte de l’écoconduite. La maison en bois s’affiche aussi comme une opportunité d’avenir comme l’annonce le responsable d’Abibois « Une maison de 100 m2, c’est 350 € de chauffage par an ».

Comme Monsieur Jourdain dans Molière, le Pays de Châteaugiron pratique déjà le PCAET sans le savoir. Toujours plus facile quand on prêche à des convertis car la tâche est immense, pour nous tous.

Article de JL KERNEN, le magazine de la Com’com – juillet 2017

En savoir plus sur le PCAET sur le site de l’ADEME